Evénements organisés par les manufacturiers de pneus - Calendrier Pirelli : passe de trois pour Peter Lindbergh

Calendrier Pirelli : passe de trois pour Peter Lindbergh

Manufacturiers Publié le 5/12/16 par Alexandre Lenoir

Le célèbre photographe allemand a voulu représenter les femmes de manière différente. Pour la troisième fois en 20 ans, c’est le photographe allemand Peter Lindbergh qui a été appelé à signer les clichés de l’édition 2017 du célèbre calendrier Pirelli.

Uma Thurman pose pour Pirelli dans le nouveau calendrier 2017 Le photographe Peter Lindbergh signe l’édition 2017 du calendrier Pirelli - Crédits photo © : Pirelli 2017

Cette année, sous le titre Emotional, c’est la beauté qu’a souhaité mettre à l’honneur le photographe. « A une époque où les femmes sont représentées par les médias et partout ailleurs comme des ambassadrices de la perfection et de la beauté, j’ai estimé qu’il était important de rappeler à tous qu’il existe une autre beauté, plus réelle et authentique, non manipulée par la publicité ou autre. Une beauté qui exprime l’individualité, le courage d’être soi-même et la sensibilité », explique-t-il en précisant qu’il entendait « réaliser un Calendrier qui ne porte pas sur des corps parfaits mais sur la sensibilité et l’émotion, en mettant à nu l’âme des sujets, qui finissent par être plus nus que le nu ». Cependant, loin d’être imparfaits, ses quatorze modèles, toutes actrices renommées, n’ont pas été choisies  au hasard puisqu’elles représentent pour beaucoup des icônes de beauté.

Crédits photo © :
 

Photographiées à Berlin, Los Angeles, New York, Londres ou… Le Touquet sous la direction artistique de Juan Gatti, les actrices Jessica Chastain, Penelope Cruz, Nicole Kidman, Rooney Mara, Helen Mirren, Julianne Moore, Lupita Nyong'o, Charlotte Rampling, Lea Seydoux, Uma Thurman, Alicia Vikander, Kate Winslet, Robin Wright, Zhang Ziyi ainsi que la professeure Anastasia Ignatova sont donc à retrouver, photographiées sans nu et en noir et blanc tout au long des douze mois de l’année 2017. Pour son choix de ne pas recourir à la couleur, Peter Lindbergh le légitime : « Quand on photographie quelque chose en noir et blanc on confère au sujet une réalité différente de la vraie réalité du monde en couleurs. C’est nous qui interprétons la réalité en mélangeant le noir et le blanc pour obtenir des ombres, des lumières et des formes. »

Ceux qui n’ont pas la chance d’être parmi les rares destinataires du calendrier Pirelli peuvent néanmoins apprécier son histoire et ses photos sur le site www.pirellicalendar.com.